Article lu 91 fois
écrit par
 

Sortie à Lyon : musée des Beaux-Arts et Opéra

8h30 : jeudi 6 avril nous sommes partis de l’école avec les CM1-CM2 dans un bus, direction Lyon.

10h45 : nous sommes allés d’abord au Musée des Beaux-Arts. Nous avons posé nos sacs dans de grosses malles (nous « Picasso ») et nous avons eu un guide, Robin, avec qui nous avons travaillé sur le thème des « Animaux légendaires ».
En 1er, nous avons vu le Cerbère à 3 têtes sculpté dans un gros tronc de bois : ça ressemblait plutôt à une tête de troll.
Robin nous a alors raconté la légende de Persée qui devait combattre la méduse mais qui va sauver Andromède du dragon avec Pégase… Nous sommes donc allés voir une sculpture en terre qui représentait cette histoire. On a dessiné des détails du dragon, de Pégase… sur notre feuille.
A côté, on a vu une sculpture en marbre blanc d’un Centaure avec un Cupidon sur son dos.
Il a un tronc d’humain musclé (donc il vit un peu comme les hommes) mais il habite dans la forêt avec son corps de cheval (il est aussi brutal et sauvage).
Nous sommes ressortis de cette chapelle transformée en musée pour monter à l’étage et regarder différents animaux car Robin nous a fait une dictée-dessin. Il nous a fait dessiner un dragon avec une tête de lion, des yeux de crevette, des oreilles de vache, des moustaches de poisson chat, des bois de cerf, des pattes d’oiseau, un corps de serpent enroulé et une queue de poisson. Cet animal de mer était considéré comme gentil par les chinois qui l’avaient représenté sur une gourde. Par contre, il y a d’autres animaux de la mer ou dragons qui peuvent être méchants !
Nous avons vu une immense porte en bois avec des sirènes du nord (donc pas comme les sirènes que l’on connait) et des tritons avec des membres en coquillage ou en crabe…
Enfin, nous avons vu le vitrail très coloré de St Georges qui tuait le dragon aux ailes d’oiseaux. Notre guide nous a narré l’histoire de ce chevalier demi-dieu qui a voulu sauver la fille d’un roi.
Robin a demandé de dessiner sur notre feuille la « ligne serpentine » du corps de reptile du dragon.

12h15 : heure du repas dans le jardin du musée où il y avait de fortes rafales de vent glacial !!!

12h45 : direction l’Opéra à pied !

13h : rencontre avec Julien, un garçon du village qui travaille à l’opéra et fait une thèse…
Nous sommes rentrés par « l’entrée des artistes » qui est sur le côté de l’Opéra.
Il nous a expliqué toute l’histoire de l’Opéra qui a été refait dans les années 1990 par l’architecte Jean Nouvel. C’est un mélange de modernisme et d’ancien.
Il y a beaucoup de gens qui y travaillent : environ 500 personnes avec les chanteurs, les danseurs, les techniciens, le personnel administratif…
Nous sommes sortis pour voir l’Opéra de l’extérieur. En fait, cet opéra est le 3ème. Il ne reste plus rien du 1er mais toutes les façades du 2ème. Au-dessus des statues et des colonnades, on voit l’énorme verrière arrondie créée par cet architecte qui voulait réveiller les spectateurs.
Toujours dehors, nous avons regardé l’immense monte-charge qui sert à transporter les décors entre les salles de répétition et l’amphithéâtre.
De retour à l’intérieur, nous avons descendus de nombreuses marches pour arriver dans la salle de répétition (5 étages sous la terre) : il n’y a que les solistes, le metteur en scène et le chef de chant au piano. Cette salle est impressionnante car il y a tous les décors accrochés au plafond (le grill).
Tous les autres choristes s’entrainent dans une salle très très bien insonorisée qui s’appelle l’aquarium car elle est toute vitrée.
Encore une bizarrerie de l’architecte qui a voulu faire une salle intime de 200 places avec des tables (pour manger !) et tout cela gratuit. Des artistes peuvent travailler pendant 1 semaine avec du matériel de professionnel mais en échange, ils doivent faire des concerts entre midi et 14h devant le public qui mange.
Ensuite, nous avons regagné le rez-de-chaussée avec l’entrée principale qui est toute noire (avec des touches de rouge), qui ressemble à une coque de bateau avec de nombreux escalators comme pour partir en voyage. Cette coque est « accrochée » au plafond grâce à 22 énormes piliers qui le soutiennent. Quand la salle est pleine, elle descend de 10 cm !
Jean Nouvel voulait absolument que les gens soit attentifs et il a donc créée une ambiance angoissante (du noir, le sol avec des trous, les rambardes en verre, le plafond bas, des matériaux non utilisés habituellement…). Pour accéder à l’amphithéâtre, il fallait passer par une pièce-nacelle toute de soie rouge, étouffante. Celle-ci représente le rideau rouge dans les opéras qui symbolise la scène. Les spectateurs ont donc l’impression d’être sur la scène.
A l’intérieur de cet amphithéâtre, complètement noir, il y a des balcons (6 niveaux), la fosse d’orchestre et la scène. Les sièges d’en bas coutent le plus cher mais c’est de là qu’on entend le moins bien !
Il y avait des panneaux pour insonoriser de partout, y compris sous les sièges (ils sont utiles pour les répétitions). Devant chaque chaise, il y a une petite lumière rouge qui symbolise la petite bougie que les nobles gardaient allumée devant eux pour montrer qu’ils étaient là ! De nombreux techniciens démontaient les décors et le matériel du dernier spectacle.
Comme un opéra dure très longtemps, il y a souvent 2 entractes de 30 minutes pendant lesquelles les gens peuvent se désaltérer. Le bar est la seule pièce qui est restée comme autrefois avec les dorures, les tableaux, les sculptures… La mairie de Lyon a obligé l’architecte à la garder intacte. Mais pour se « venger », Jean Nouvel n’a pas insonorisé cette salle qui devient terriblement bruyante lors des entractes !
Pour finir, nous avons gravis de nombreuses marches d’escalier pour arriver à la 2ème plus belle salle du monde de répétition de danse !!!
Avant d’y pénétrer, nous avons ôté nos chaussures (pouahhhh).
Puis nous sommes entrés dans cette salle au sommet du bâtiment sous la grande verrière qui est lumineuse et qui a une vue époustouflante !
L’insonorisation de cette salle ressemble à des grosses soucoupes volantes mais cela est magnifique ! Il y a un piano.
Les danseurs sont professionnels et travaillent beaucoup. Les plus jeunes ont 16 ans et les plus vieux environ 30/35 ans. Après, leur corps les fait trop souffrir !
Nous avons eu quelques minutes pour « danser » dans cette salle.
Dernier détail pour faire un lien entre les Lyonnais et leur opéra : sur la verrière, de petites lumières rouges clignotent comme un cœur qui bat quand il y a un spectacle en cours !
Nous avons dû tout redescendre à pied, petite pause goûter et reprise du bus en direction de Peyrieu.
Retour vers 16h45.

Avis :
* C’est rare de faire une journée comme celle-ci.
* On n’a pas fait 3 h30 de bus pour rien !
* Nous avons appris beaucoup de choses sur la mythologie.
* C’était incroyablement beau.
* Sculptures étonnantes de précision.
* On a écouté de nouvelles histoires sur les artistes…
* Le jardin du Musée était beau (mais glaglaglaglagla) !
* Cette visite a été fantastique car nous avons découvert beaucoup de choses.
* C’était impressionnant de voir les salles souterraines !
* La vue de là-haut était sublime.
* Tout ce que l’on a vu était très joli.
* L’opéra était immense.
* On ne s’est pas ennuyé !!
Les CE2-CM1 de Peyrieu

 
 
 
 
Bien compris
Bien écrit
Bon sujet

Art, Mon école